Langue
Français

La créatrice

INTERVIEW CECILE CHICOT –


- Cécile, quel est ton parcours (artistique..) ?

Après un bac littéraire obtenu à Abidjan (Côte d’Ivoire), j’ai fait une année d’histoire de l’art à la Sorbonne suivi d’une année préparatoire aux écoles d’art à l’atelier Met de Pennighen à Paris en 1987. J’ai ensuite intégrée l’ESDI (Ecole Supérieur de Design Industriel) en section graphisme. J’ai obtenu mon diplôme en réalisant ma thèse sur la création d’une nouvelle identité visuelle et touristique pour la ville de Fécamp (Seine maritime).


- Comment t’est venue l’idée de créer des flasques ?

Tout d’abord il faut savoir que cela date de 2012, il se trouve que je dinais chez une amie en fauteuil roulant, elle portait des flasques rigides et fixés par bon nombre de velcro et diverses attaches. Cette amie, Mapie, me dit « tiens tu devrais créer des dessins pour des flasques », je me suis dit pourquoi pas, et j’ai dessiné quelques modèles mais très vite je me suis demandé ce que j’allais faire de mes dessins ? Les ranger au fond d’un tiroir ? Dommage… aller les proposer à un fabricant de ces flasques rigides (très très peu nombreux) ? laborieux…et j’ai donc fait des recherches sur internet sur les flasques, leur marque, leur fabricant, et j’ai constaté qu’il n’existait aucun flasque sans attache sur le marché. Voyant la complexité pour mon amie Mapie d’installer ou de retirer une paire de flasques existantes sur son fauteuil, (impossible à faire seule) j’ai décidé de mettre au point techniquement un système de flasque sans attache ni fixation.


- Pourquoi as-tu pensé que c’était une bonne idée de développer le showheel ?

Quand j’ai vu le résultat, c’est à dire la facilité pour mon amie de poser et retirer les flasques, la satisfaction qu’elle avait à porter différents modèles en fonction de ses tenues vestimentaires, de son humeur, je me suis dit qu’il serait dommage de ne pas proposer une collection de flasques à un prix compétitif pour les personnes en situation de handicap utilisant des fauteuils roulants manuels.

J’en ai alors parlé à Xavier, un ami entrepreneur qui a rapidement compris le concept innovant et m’a convaincu, compte tenu du prix relativement bas en cout de fabrication, de l’intérêt économique de développer cette activité. 

Il m’a également convaincu de l’intérêt de déposer un brevet protégeant mon innovation.

Par ailleurs, mon mari dirige une entreprise de sérigraphie et d’impression numérique à Rouen, capable de fabriquer industriellement les flasques.

J’ai alors décidé de me lancer et, avec Xavier, nous avons créé une petite société pour en assurer le développement commercial.


- On peut voir sur ton site que tu as plusieurs collections de flasques. Comment choisis-tu tes thématiques

J’ai commencé par créer des flasques provocateurs, drôles et me suis rendu compte rapidement que les personnes intéressées sont en fait aussi bien des enfants, des adultes, des séniors et qu’il fallait donc des collections adaptées ou chacun peut se retrouver. 

Par exemple la gamme Nature, avec les fleurs, est plus destinée aux femmes. La gamme City aux hommes…etc. 

Adorant dessiner et peindre, j’ai également reproduit sur les flasques quelques une de mes créations artistiques (comme les modèles Les embouts et métropolitains de la Gamme ARTSHOW).

J’ai actuellement une offre de plus de 100 modèles et mon ambition est de renouveler régulièrement les collections en travaillant, comme dans le textile en collection printemps été et automne hiver.

J’ai plein d’idées de nouvelles créations et suis impatiente de les réaliser.


- As-tu des petites anecdotes à nous raconter autour du showheel ?

 Oh certainement car travailler sur un projet, surtout pour une personne comme moi, créative n’est pas facile.

Je me souviens de Rendez-vous avec l’avocat pour déposer le brevet ou les termes juridiques sont quasiment incompréhensibles et j’ai du passer des heures à lire et relire les documents, ou alors des soirées avec Xavier dans la cuisine à essayer de réaliser des prototypes pour les fauteuils 22 pouces avec carton et cutter et beaucoup de fou rires.

Je me rappelle aussi les joies des premiers retours de vrais clients qui nous disaient qu’ils étaient enchantés par le concept et mes créations, par le produit tout simplement. C’était très encourageant !

Ensuite je me souviens d’une réunion pour la création de la société ou, moi, je n’avais qu’une envie , c’était de repartir du rendez-vous pour créer, peindre.


- Il y a beaucoup d'humour et un esprit très décalé dans tes créations de Showheel. Penses-tu que ce ton décalé eut avoir un impact sur le façon dont les gens perçoivent les personnes en fauteuil ?

C’est mon objectif, bien que je ne sois moi-même pas en situation d’ handicap.

Quand je vois le regard positif qu’a mon entourage sur mon ami Mapie, tellement dynamique et bien dans sa peau, qui assume totalement sa situation, je me dis, que je dois agir également pour améliorer la façon dont les gens perçoivent les personnes en fauteuils.

L’humour et l’esprit décalé, provocateur est un moyen d’affirmer ses différences., mais il y a aussi l’élégance. A ce sujet, SHOWHEEL a équipé le défilé HANDIFASHION 2016, avec des flasques personnalisés aux couleurs des tenues vestimentaires des mannequins.

Je souhaite que mes créations facilitent, embellissent la vie de tous les jours pour les personnes en fauteuil. Les flasques sont un moyen pour chacun d’affirmer son style, son humeur, ses gouts, ses envies et deviennent ainsi, au dela de la fonction première de protection des doigts et des rayons un véritable accessoire de mode.


- Nous aimons cette idée "d'habiller" aussi le fauteuil. As-tu d’autres idées qui pourraient améliorer leur design ?

Oui j’ai d’autres pistes d’amélioration mais une idée, quand elle est bonne, est toujours très longue à concrétiser. Je vais donc me concentrer pour le moment sur la création de nouvelles collections de flasques, afin que mon projet, qui est maintenant né, se développe le mieux possible.


- Quelles sont les réactions des personnes qui découvrent le Showheel (personnes valides et personnes handicapées) ?

Nous avons contacté nos premiers clients afin de connaitre leur avis.

Ils sont positifs et encourageants.

Les personnes valides comme les personnes handicapées trouvent cela « génial », c’est le terme le plus souvent employé.

Ce qui plait en premier lieu est le design proposé, la facilité de pose et de dépose en quelques secondes (le principe de « sans attache, ni fixation » permet à chaque personne une utilisation simple), le prix ( 59,90 euros) et la fabrication Française.

C’est la satisfaction de nos premiers clients qui nous a décidé à créer la société. Une belle aventure commence.


- Quels étaient tes premiers modèles ?

Mes tous premiers modèles étaient plutôt drôles ou caustiques, comme « Alors c’est qui la star ? » « Micheline » « Vous me regardez ! « ou encore le «  I kiffe my life, and you ? «  qui je dois le préciser est une demande spéciale de Mapie.


- Si le Showheel devait faire passer un message sur le handicap, lequel ce serait ?

Je n’ai pas de message particulier, mais souhaite juste essayer, avec ce nouveau concept que les personnes en fauteuil puissent porter un accessoire de mode, simple, élégant, pratique, personnalisé ou pas , en leur permettant d’affirmer leur personnalité.


- En quoi penses-tu que le Showheel est différent des autres modèles de flasque que l’on peut trouver sur le net ?

Le seul fabricant actuel de flasques propose des produits qui doivent être fixés aux rayons, ce qui ne permet pas un usage souple car, une fois fixé à la roue, il n’est pas facile de les retirer.

SHOWHEEL propose un nouveau concept innovant, breveté, qui par essence, n’a pas de concurrent sur le marché européen.

C'est d’ailleurs la difficulté principale, car faire connaitre un produit innovant nécessite des moyens que je n’ai pas et la petite société que nous avons créé ne peut pas investir dans de la publicité pour nous faire connaitre. En fait, nous espérons que la satisfaction de nos clients, le « buzz » soient le moyen de nous faire connaitre.

Je crois en la force du produit, qui correspond après nos premières commandes, à une demande des personnes en fauteuil.


- Quelles sont actuellement tes sources d'inspiration pour de nouveaux modèles ?

Mon inspiration est intuitive, en fonction de mes humeurs. Je n’ai pas vraiment de sources d’inspiration.


- Y a-t-il des détails techniques que tu souhaites préciser ?

Il faut savoir que la main courante d’une roue de fauteuil roulant est composée de plusieurs pattes de fixations, rondes ou carrées.

Nos modèles sont adaptés aux mains courantes de 4 ou 6 pattes de fixation, qu’elles soient rondes ou carrés.

Possédant une circonférence ondulée, une encoche radiale de saisie, et fabriqués dans un matériau flexible, (PVC 9/10) les flasques Showheel ont la particularité de pouvoir être déformés par traction ou pression des doigts afin d’être insérés «progressivement» en quelques secondes derrière la main courante qui retiendra le flasque sans aucune autre attache nécessaire.

C’est la raison pour laquelle, il faut mesurer le diamètre extérieur de la main courante afin de choisir le modèle adapté parmi les trois existants actuellement.

Les flasques ne sont pas plaqués contre la roue, mais protègent les doigts des rayons dans le sens ou les flasques recouvrent la totalité de la roue.


- Envisages-tu un développement à l'international ?

A ce jour, nous nous concentrons sur la France en mettant place une structure commerciale la plus efficace possible.

Nous envisageons, par exemple, de confier nos produits à des personnes qui seraient en charge, dans leur département, de visiter les associations, instituts et qui seraient rémunérés en pourcentage de leurs ventes.

Ensuite, en fonction de nos moyens, nous envisageons de vendre soit en direct ou de trouver des distributeurs fabricants sous licence, sur l’Union européenne.




Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel e-commerce